Réussir grâce à internet au Cameroun et en Afrique : C'est possible !

Merci de partager cet article !

Réussir sur internet au Cameroun et en Afrique, c'est possible !_Paul Emmanuel NDJENG - inbound marketing - Cameroun - Afrique

Internet est aujourd'hui un "vaste marché" offrant des possibilités inouïes pour quiconque souhaite développer une activité, quelle qu'elle soit. Si au Cameroun et en Afrique en général, on semble encore peiner à se l'approprier, c'est pourtant possible, et il ne faut pas avoir peur de s'y lancer. Non seulement internet n'est pas un mystère impossible à percer, mais c'est également un univers où on peut aisément se développer à son rythme et à moindre coût. Quoi de mieux !


Internet : une manne pour les entreprises au Cameroun et en Afrique

Sans vouloir m'attarder sur les "déviances" observées avec la croissance du taux de pénétration d'internet, je souhaite mettre en avant un fait : de plus en plus de personnes se connectent sur internet de façon régulière en Afrique. Pour en rester au cas du Cameroun, on parle aujourd'hui d'un taux de pénétration de 25%, ce qui revient à dire que près de cinq millions de camerounais se connectent sur internet de façon régulière. Sachant que le Cameroun est l'un des pays d'Afrique où le coût de la connexion internet est le plus élevé, on peut croire que ceux qui se connectent régulièrement ont un certain niveau de vie : ce sont de bons clients potentiels.

 

Une évolution comportementale notoire

Aller sur les moteurs de recherche est aujourd'hui un réflexe pour notre population de plus en plus connectée. Lorsque vous vous présentez à quelqu'un aujourd'hui, un des réflexes qui se développent, c'est de taper votre nom sur un moteur de recherche, afin de voir ce qu'il en sort. Lorsqu'on voit un produit à la télé, ou même en chemin, on cherche à en savoir un peu plus sur ses caractéristiques, et on n'hésite pas à "consulter" la toile pour ce faire.

 

Les recettes de cuisine, les propriétés des aliments, etc. sont des éléments qu'on recherche sur la toile aujourd'hui, et ce, de façon tout à fait naturelle. Il y a quelques années en arrière encore, on parlait de Génération Tête Baissée, ou "GTB" pour désigner ces personnes recourbées à tout coin de rue, concentrées sur leurs téléphones. Il ne s'agit plus seulement d'une génération spécifique aujourd'hui, mais d'un phénomène transgénérationnel.

 

Le phénomène whatsapp

"C'est encore quoi le code pour avoir un tel volume de data pour une telle période ?" J'ai encore du mal à croire que j'ai ce genre de discussion avec des sexagénaires, mais c'est bien le cas. Avec peu d'argent, on peut aujourd'hui échanger avec nos enfants par delà les frontières. Quoi de mieux ?

 

Whatsapp est aujourd'hui un outil de communication de masse très important, et même ciblé, étant donné que beaucoup passent et reçoivent des commandes d'articles divers via ce canal. Même pour nos parents, qui étaient, je dois le dire, bien réfractaires à la chose il y a à peine une dizaine d'années, s'arriment à la chose à une vitesse fulgurante.

 

Si on sait que ceux-ci font partie d'une classe d'individus qui n'ont plus beaucoup d'occupations aujourd'hui et dont l'une des activités consiste essentiellement à trouver des moyens de se faire plaisir, quoi de mieux pour des personnes qui développent des activités pouvant répondre à ces besoins spécifiques, que de tirer profit de la toile en ciblant ces "nouveaux venus" !

 

Une cible plus facile d'accès...

Plus besoin de faire des recherches de longue haleine pour arriver à segmenter et atteindre votre cible idéale. Les outils de gestion professionnelle des réseaux sociaux vous les offrent sur un plateau d'argent. Il vous suffit de sélectionner les tranches d'âges que vous souhaitez atteindre, ainsi que les spécificités supplémentaires désirées (style de vie, niveau d'études, préférences, etc.), et moyennant des sommes relativement basses, vous avez la possibilité de porter votre message devant des milliers d'individus !

 

Les services publicitaires, pour la plupart, s'adaptent au budget dont on dispose, et donnent ainsi la possibilité d'atteindre un nombre de personnes relativement important, à partir de son fauteuil, au bureau, dans un café, et même à la maison. Ajouté à ça, l'accessibilité à internet est largement facilitée avec la vulgarisation des téléphones intelligents (smartphones), qui s'arrachent à prix d'or, et comme je l'ai dit plus haut, le cadeau qu'on va offrir à sa maman aujourd'hui n'est plus seulement un pagne, mais c'est aussi un téléphone, et c'est pareil pour les enfants (ma nièce de 2 ans et demi sait déverrouiller un smartphone et aller aux vidéos ou aux photos... c'est pour dire ! ^_^).

 

Avoir un smartphone ce n'est plus un luxe. On peut donc se dire: "Pourquoi ne pas en profiter ?" Cependant, la facilité d'accès n'est qu'un des revers de la médaille.

 

... mais aussi plus exigeante !

Comme je l'ai mentionné plus haut, le Cameroun est l'un des pays d'Afrique où la connexion à internet coûte le plus cher. Dans ce sens, lorsque l'internaute camerounais moyen "investit" dans sa connexion à internet, ce n'est certainement pas pour se faire flouter l'écran avec des publicités intempestives.

 

Voilà qui rejoint le comportement de l'internaute moyen. Comme expliqué dans la méthodologie inbound, l'internaute moyen, déjà très "éduqué", ne recherche pas un message publicitaire de plus, lorsqu'il se connecte. Il est déjà soumis à une moyenne de 7 000 messages publicitaires par jour, ce qui diminue l'impact et crée une forme d'accoutumance le rendant de moins en moins sensible à la publicité et aux pratiques de marketing traditionnel. Cependant, rien n'est perdu. Avec la bonne méthode, et un peu de moyens, l'entreprise moyenne peut vraiment faire des merveilles et se positionner convenablement sur, et grâce à internet.

 

Tu commences quand ?

Je me répète : internet n'est pas un mystère, et il est possible de s'en servir pour réussir, que ce soit au Cameroun, au Sénégal, en Afrique et partout ailleurs dans le monde.

 

La cible est là, bien présente, et s'il y au ne réalité que je peux encore mettre en avant c'est que "le terrain est encore inexploité" au Cameroun. Ceux qui sauront se positionner convenablement aujourd'hui auront une place de choix dans les années à venir. Tu devras te  faire accompagner afin de développer et mettre en place une stratégie qui marchera sur internette former et former ton personnel, publier du contenu orienté et respectant les spécificités d'internet, évaluer les résultats du travail et recommencer, encore et encore, et tu verras : internet te sourira.

 

Alors, tu commences quand ?

 

Si tu as des questions, un avis, ou un ajout à faire, je serai heureux de te lire en commentaires. A côté de ça, n'hésite pas à partager l'article ;)

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Alexandra (mercredi, 29 novembre 2017 02:20)

    J'aime la simplicité avec laquelle tu abordes le sujet. Internet est à portée de main et gratuit d'une certaine manière. J'espère revoir mon positionnement sur la toile. Merci PEN!

  • #2

    Paul Emmanuel NDJENG (mercredi, 29 novembre 2017 06:41)

    Hey Alexandra ! Merci d'avoir pris le temps de me lire. Visiblement l'article t'a apporté quelque chose en plus, j'en suis heureux.
    Au plaisir de te revoir de ce côté !