Les #JNEN (Journées Nationales de l’Économie Numérique) : A quoi t'attendais-tu ?

Merci de partager cet article !

Les #JNEN (Journées Nationales de l'Economie Numérique) : à quoi t'attendais-tu ?_Paul Emmanuel NDJENG_Inbound Marketing au Cameroun et en Afrique

 

 

Lorsque vient l'idée de la rédaction d'un article et que des évènements se mettent en place très rapidement pour que tu aies matière à écrire, il te vient subitement la question de savoir sous quel angle aborder le sujet, surtout lorsqu'il est délicat. Et parler d'un évènement comme celui-ci l'est, à mon sens.

 

Je te poserai donc la question suivante : à quoi t'attendais-tu exactement lorsque tu as eu vent des Journées Nationales de l’Économie Numérique ?


Quand je fais le tour des questionnements à propos des Journées Nationales de l’Économie Numérique (puisque c'est bien d'elles qu'il s'agit) qui se sont tenues les 3 et 4 Mars 2016 au Palais des Congrès à Yaoundé, une question me vient à l'esprit "Tu t'attendais à quoi ?" C'est bien là qu'est le problème.

 

Ne me demande pas de te faire un reportage écrit sur ce qui s'est passé (je ne suis pas journaliste reporter, je suis blogueur, et oui, il y a une bonne différence entre les deux ^_^ ), mais contente-toi simplement de ma lecture qui peut être biaisée (l'homme imparfait présent), mais que je chercherai à équilibrer le plus possible afin de donner un coup de main (comme toujours).

 

Il y a eu, à un moment, une passion palpable autour de cet évènement dont la nomenclature en a fait rêver plus d'un (moi y compris). Il est bien clair que lorsqu'on parle d'économie numérique, mise en avant dans des Journées dites Nationales, le cœur des aficionados des nouvelles technologies, mes chers Geeks IT camerounais,  bat forcément la chamade. Et là se pose encore la question des attentes. Toi qui me lis, lorsque tu entends : "Journées Nationales de l’Économie Numérique", qu'espères-tu entendre ? Qu'espères-tu lire ? Qu'espères-tu voir ?

 

Il est important de se poser ces questions, et surtout d'y répondre, pour ne pas aller dans tous les sens, et avoir une réaction mesurée et juste vis-à-vis de ce qui a été dit et fait.

 

Replaçons déjà les choses dans leur contexte.

 

Qui a organisé l'évènement ?

Les #JNEN (Journées Nationales de l'Economie Numérique)_image 2 : à quoi t'attendais-tu ?_Paul Emmanuel NDJENG_Inbound Marketing au Cameroun et en Afrique

Le Ministère des Postes et Télécommunications, qui a bien marqué son entrée sur Twitter via le compte @MINPOSTEL2035. L'évènement pouvait donc (était sensé) être suivi via ce compte et via le hashtag #JNEN

 

Quel était le thème de l'évènement ?

Les #JNEN (Journées Nationales de l'Economie Numérique)_image 3 : à quoi t'attendais-tu ?_Paul Emmanuel NDJENG_Inbound Marketing au Cameroun et en Afrique

 

Tu arrives à le voir clairement ?

Je crois qu'à ce moment, les attentes et les propos peuvent être bien recentrés.

 

Thème : LA PLACE DE L’ÉCONOMIE NUMÉRIQUE DANS LES POLITIQUES PUBLIQUES EN VUE DE L’ÉMERGENCE DU CAMEROUN (ça donne moins envie hein ? ^_^ )

 

Je ne m'en vais pas faire une analyse épistémologique de ce thème, néanmoins, une fois ces choses dites, on peut avoir un regard plus équilibré sur les activités  qui se sont déroulées au Palais des Congrès.

 

Les choses telles que je les ai vues et telles que je les vois

Je ne vais pas chercher des poux sur un crane chauve en demandant si le ministère en question a qualité pour organiser quelque chose de tel. Je ne pense pas être le mieux placé pour ça.

 

 

Cependant, je ne saurai nier le sentiment qui est le mien (sentiment qui se rapproche très légèrement de la frustration) quand je repense à cet évènement. Sentiment partagé ? Tu m'en diras tant dans les commentaires plus bas.

Les choses telles que je les ai vues

1. La communication

  • La communication avant l'évènement

* Hors réseaux sociaux

L'effort fourni pour un évènement se voulant national, organisé par une institution étatique a été largement insuffisant. Qu'il s'agisse de campagnes médiatiques, d'affiches et moyens de communication similaires, la mention est simplement : peut mieux faire.

 

J'ai retrouvé un article de TIC Mag à propos de l'évènement, article datant du 29 Février 2016, avec un nombre de partages apparent sur Facebook assez évocateur. Nombre de partages : 1. Pour ce qui est des autres, on a du zéro à tous les coups. :(

 

* Sur les réseaux sociaux

A l'instant où j'écris cette phrase, je vérifie la présence du MINPOSTEL sur les réseaux sociaux autres que Twitter, et je me rends compte que la page Facebook a été créée il y a juste... deux heures de temps (Nous sommes le 16 Mars 2016). Je m'arrête là.

Il n'y aurait donc que Twitter, qui aurait été utilisé pour communiquer avant l'évènement. Cependant, je tiens à signaler que la première publication à ce propos date du 1er Mars 2016... pour un évènement qui devait se tenir les 3 et 4 Mars 2016...

 

  • La communication pendant l'évènement

* Hors réseaux sociaux
Le constat est le même. Peu ou pas de communication via les moyens habituels. J'évolue un peu plus dans mon propos ici. L'apparence du palais des congrès ne donnait aucune indication sur le déroulement d'un évènement quelconque en son sein. Tu pouvais donc très aisément te perdre entre les chapiteaux installés en son sein. J'ai côtoyé, le temps de l'évènement, un jeune homme qui est allé jusqu'au palais même, avant de redescendre et trouver le chapiteau dans lequel se déroulait l'évènement (fantastique ! ^_^).

 

Le même vide était visible (vide visible... ^_^) aux entrées du chapiteau. Pas de banderole indiquant, à l'entrée, que l'évènement s'y déroulait en fait. En son sein, il n'y avait aucune indication quant au positionnement des ateliers. Toute personne n'ayant donc pas pu être présente à l'ouverture (ce qui était mon cas, travail oblige) était bien mal une fois sur place.

 

Mais encore, une fois la localisation des ateliers connue, il fallait savoir quel atelier allait être intéressant pour toi. Malheureusement, 2 des ateliers qui se trouvaient à l'étage n'avaient pas de description sur le papier indicatif collé à "l'entrée" de l'atelier, sur lequel on lisait simplement "atelier 5" ou encore "atelier 4" (juste à titre d'exemple. J'ai pris des photos sur place, mais ma carte mémoire me joue des tours.)

 

Il était donc difficile de s'orienter sur le lieu de l'évènement. (Dois-je mentionner qu'il n'y avait pas d'hôtesse pour nous orienter en cas de questionnement ?)

 

*Note : Il y avait une connexion internet disponible par WIFI lors de l'évènement. Il a fallu qu'un monsieur s'étonne grandement (au micro en pleine session plénière et en fin d'évènement) du fait que lors d'un évènement portant sur le numérique, il n'y ait pas de connexion disponible,  pour qu'on en soit informés... (Au moins, pour les petites minutes durant lesquelles je m'y suis connecté, j'ai pu mettre mon OS (le système d'exploitation de mon téléphone) à jour ^_^)

 

* Sur les réseaux sociaux

A l'ouverture, j'ai pu suivre l'évolution de l'évènement depuis le bureau en consultant de temps en temps le fil des tweets via le hashtag officiel; ce qui a ravivé mon intérêt de me rendre sur les lieux le second jour. (Bon point !)

 

Cependant, si les tweets étaient (relativement) nombreux, l'interaction n'y était pas vraiment, sinon pas du tout, et ceci a vraiment été marqué le second jour (ce qui a notamment motivé mon intervention lors de l'évènement, et qui m'a valu une photo ^_^ , des remerciements, et un "échange" avec le Community Manager, un des ses collègues, et @FredericPapy)

 

Le Tweet :

5 mars

le bloggueur a proposé l'intégration de la communication numérique et les réseaux sociaux dans le rapport

Je ne peux malheureusement pas te donner le taux de réponse aux tweets de la part des administrateurs du compte (Qui auraient au moins pu donner des réponses standard du genre "nous vous tiendrons informé en temps et en heure, merci de votre préoccupation" ou encore "nous transmettrons rapidement votre requête aux personnes indiquées, merci", ou encore... c'est vrai, je suis assez bon pour ce genre de choses ^_^) , mais une simple lecture du fil du Hashtag #JNEN sur twitter, à ce moment même où tu lis mon article, t'aidera à trouver la réponse : proche de zéro.

 

S'il a été mentionné, en guise de réponse partielle à mon intervention de ce jour, que l'évènement avait été organisé "à la hâte" et que Mme la Ministre, dont je loue le travail depuis sa précédente nomination aux douanes (j'avais notamment écrit un article sur l'implémentation de Sydonia à l'époque), s'est excusée à l'avance des éventuels manquements, il est tout de même difficile que cela suffise pour calmer les attentes, notamment quant aux actions à entreprendre par la suite.

 

  • La communication après l'évènement

*Hors réseaux sociaux

Si ma mémoire est bonne, une émission d'une chaine de télé locale portant sur les TIC a eu l'évènement pour sujet. (Est-ce suffisant ?) Complète-moi dans ton commentaire s'il y'en a eu d'autres.

Je tiens cependant à marquer (malheureusement) que je n'ai; à l'heure actuelle, pu trouver aucune publication à propos des Journées Nationales de l’Économie Numérique sur le site web du Ministère des Postes et Télécommunications, qui organisait pourtant l'évènement.

 

*Sur les réseaux sociaux

Le MINPOSTEL n'a pas manqué de nous donner le rapport de l'évènement via son compte officiel sur Twitter, chose appréciable, mais bien évidemment incomplète, si on sait qu'on doit s'attendre à un rapport global de l'évènement en version téléchargeable.

Il résume cependant l'activité autour de l'évènement sur twitter par le tweet suivant (je copie et colle) :

 

"en 3 jours seulement, nous avons eu 22200 réactions sur l’événement. , 927 visite du profil 103 mentions et 221 followers."

 

A féliciter sans doute (en dehors du hic orthographique), mais comme je l'ai dit aux Gestionnaires de Compte, ce n'est pas parce que vous avez un nombre croissant de "followers" (d'abonnés) qu'il y a forcément activité autour du hashtag qui a été créé... hashtag qui était bien "silencieux" au second jour (et je suis gentil).

 

A l'heure actuelle la question "comment avoir le rapport général de l'évènement" reste d'actualité.

 

*Note (en date du Jeudi 17/03/2016, 21H:40) Des liens google drive ont été publiés (aux alentours de 18h), sur le compte twitter du MINPOSTEL rendant disponibles les rapports d'ateliers, ainsi que le rapport général. Le rapport de l'atelier 5 y est absent, cependant.

 

2. Le contenu

Tout ce que je peux te dire, c'est que les travaux on été faits en atelier, au nombre total de 6:

1. Opérateurs de Téléphonie Mobile

2. FAI (Fournisseurs d'Accès Internet)

3. Start Ups et Développeurs de Solutions

4. Milieux d'Affaires

5. Investissements, financement, accompagnement des Start Ups

6. Société Civile

 

*J'ai rajouté le lien drive (publié par @MINPOSTEL2035) vers les rapports de ces ateliers au bas de l'article

 

Les choses telles que je les vois

Je commencerai par ce qui suit :

 

" When you are ignorant about an issue/topic, consider yourself a risk to the society at large, each time you attempt to give a lecture on that topic.

Be honest. Please don't do it! Someone may think you are an expert and quote you. Don't explain anything. At all! At all! "

Ngobuye Elvis Chunka

 

"On n'est pas obligé d'avoir un avis sur tout. Parfois le recul et le silence sont ce qu'il y a de mieux. Les problèmes ? Il y en a, et il y en aura toujours."

(moi-même)

 

Pour que tu saches où je me situe : je ne me considère pas comme un expert de l'économie numérique (mais tu as bien compris qu'il ne s'agit pas ce ça dans mon article). Je dis les choses telles que je les pense, et je les pense telles que je les dis, simplement.

 

Les journées nationales de l'économie numérique, les #JNEN, on suscité une grande attente dès qu'il a été publié qu'elles devaient avoir lieu.

 

Malheureusement, pour des journées dites nationales, elles semblaient plus locales qu'autre chose, tant il a été difficile pour moi de percevoir et de voir l'engouement des personnes les plus impliquées dans le numérique (je ne parle pas de l'économie numérique, mais bien du numérique au sens large) aujourd'hui : les jeunes, les développeurs, les jeunes entrepreneurs, etc.

 

Si un Comité Interministériel pour le développement de l’Économie numérique existe depuis peu, il me semble bien que cet évènement lui était plus adressé qu'à d'autres. De là naît le questionnement suivant : A qui s'adressait l'évènement, et quels en étaient les objectifs ?

 

Je trouve des éclaircissements à cette question dans le rapport de l'atelier n°3, "Start ups et Développeurs de solutions" (merci à son modérateur, Théophile Abega Moussa, qui a eu l'amabilité et la diligence de me l'envoyer par mail le jour même)

Théophile Abega Moussa, Modérateur de l'Atelier 3, Start ups et Dévelopeurs de Solutions lit son rapport
Théophile Abega Moussa, Modérateur de l'Atelier 3, Start ups et Dévelopeurs de Solutions lit son rapport

Les #JNEN " ...constituent un grand regroupement des intelligences pour nourrir une réflexion afin d’inscrire l’économie numérique dans les politiques publiques et donner ainsi corps au projet du Président de la République."

 

Pour ce qui est de l'objectif général :

 

"...organiser un grand regroupement des intelligences en vue de propositions concrètes permettant d’inscrire l’économie numérique dans les politiques publiques afin d’impulser son développement pour l’émergence du Cameroun."

A l'heure actuelle, je n'ai pu obtenir qu'un rapport d'atelier (Il s'agit de celui de l'atelier 3, "Start ups et Développeurs de Solutions" (vous pourrez le télécharger au bas ce cet article, avec un bonus en sus !). Et je suis bien heureux de pouvoir vous le procurer tant est-il qu'il est celui qui a le plus marqué mon attention, juste au dessus de celui de l'atelier "Investissements, financement, accompagnement des Start Ups".

 

Un point que je tiens à ajouter à cet article juste avant de le publier, porte sur les Fournisseurs d'Accès Internet (FAI). A l'écoute du rapport de leur atelier, il apparaît qu'ils demandent des réductions de coûts, d'impôts et taxes à certains niveaux.

 

Pourtant, lorsque je lis cet article de Wikipédia sur les points d'échange internet (merci à Patrick Kouobou pour une de ses publications), je me pose des questions sur ce que ces mêmes FAI sont capables de faire (et ne font pas) pour se faciliter la tâche, et pour nous la faciliter.

 

Tu me corrigeras dans ton commentaire si je me trompe, mais faut-il attendre que ce soit l’État qui engage quelque chose de tel ? (Je parle ici des points d'échange internet) En considérant leurs acquis et leurs bénéfices plus qu'intéressants, ne sont-ils pas capables de mettre des ressources en commun pour produire un tel procédé pour le bien de tous ?


Fin de la parenthèse.

 

A quoi devais-tu t'attendre au final ?

Là demeure bien toute la question. Car, si des ministères ont été invités et ont répondu présent, s'il s'agissait d'implémenter les résultats dans des politiques publiques,

  • Pourquoi le grand public semble ne savoir, pour ainsi dire, pas grand chose à ce qui s'est passé, et encore moins à ce qui est sensé se passer par la suite ? (complète-moi si je me trompe)
  • Quels efforts de communication ont été mis en place pour nous faire patienter en attendant notamment le rapport général de l'évènement ?
  • Après un tel évènement, à quoi est-ce que les participants qui se sont impliqués autant que possible dans les ateliers doivent-ils s'attendre ?
  • Quelles actions à Court Moyen et Long Terme sont/seront prises ?
  • Quelle est la stratégie derrière cet évènement?
  • ...

J'aurai préféré que mon article réponde à des préoccupations, mais j'ai bien l'impression qu'il ne fait qu'en rajouter.

 

En fait, c'est bien là ce qui m'est resté sur la langue après les #JNEN : des questions plein le ventre, et ce n'est pas le Hashtag Officiel #JNEN qui me démentira !

 

Je ne sais pas dans quel état d'esprit les différents exposants étaient au moment de la clôture de l'évènement, et quelles attentes ils ont pour la suite. Cependant, rendez-vous a déjà été donné pour une édition l'an prochain, sur le compte officiel du MINPOSTEL sur Twitter.

 

S'il y a une chose que je regrette, c'est le fait d'avoir croisé si peu de jeunes entrepreneurs sur place. Il y avait de quoi se sentir à l'étroit au milieu de toutes ces "institutions en veste" présentes sur les lieux.

 

Tu vas dire que je me répète, mais (je l'ai dit de plusieurs manières dans mes précédents articles) si les jeunes entrepreneurs, mes chers Geeks et Geeks IT camerounais avaient notamment une plateforme (numérique) sur laquelle ils partageaient régulièrement (je ne parle pas de Twitter), ils auraient pu commettre une action commune pour un évènement pareil, et poser les questions les plus indiquées, à mon avis. A quoi sert-il qu'un seul d'entre eux ou que quelques uns soient invités s'ils ne portent pas, pour l'occasion, le poids des autres acteurs de son domaine ?

 

Il a tout de même fallu que je tombe sur quelque chose de plus "regrettable" encore, de prime abord. C'est cette insertion sous tutelle du Ministère des Finances, dans le Cameroun Tribune du 4 Mars, dernier jour de l'évènement. Merci à Hervé SIMO.

Actions non concertées, erreurs (ou pas) de timing, ou batailles en sourdine ? Je me creuse encore plus le crâne après avoir vu cette publication et être allé sur le site en question :

 

Que se passe-t-il ?

 

Le citoyen Lambda pourrait se retrouver dans une situation où il ne sait plus où donner de la tête (et encore moins à quel saint se vouer ^_^)

 

Si chacun veut implémenter la volonté insufflée par la Haute Instance, je pense, encore une fois, qu'il serait bon, et viable, d'engager des actions communes et complémentaires sur la base de la volonté globale qui les guide en toile de fond (c'est exactement ce que je ne cesse de dire aux jeunes entrepreneurs que je côtoie, comme je l'ai fait dans cet article).

 

Conclusion

Permets moi de terminer en disant ceci : si les actions commises sont louables, il est important de les repenser pour éviter qu'elles ne fassent plus de mal que de bien. Je souhaite vivement que bien de belles choses suivent, à la fois pour les institutions impliquées et pour les entrepreneurs en attente.

 

J'attends cependant un effort de communication plus important, encore, venant de la part du Ministère des Postes et Télécommunications, qui n'a pas manqué de se faire accompagner du Ministère de la Communication lors des Journées Nationales de l’Économie Numérique.

 

Et toi, qu'attends-tu ?

 

Voilà! J'espère sincèrement t'avoir apporté quelque chose en plus et/ou avoir suffisamment représenté ton opinion quant à cet évènement. Je le redis, je ne suis pas reporter ^_^, alors je te serai vivement gré de me compléter en commentant plus bas, et en le partageant avec tes amis pour qu'ils en fassent autant.

 

Merci, et à tout à l'heure!

 

Paul Emmanuel NDJENG (PEN), le stylo numérique.

 

PS: Merci à ENEO qui m'a coupé en pleine inspiration. J'ai dû reprendre une partie très sensible de l'article ^_^  La période est vraiment critique pour vous. #PRAY4ENEO ^_^

 

Maintenant, aime, commente et partage !


Télécharge tes documents !

Télécharger
Rapport Atelier 3, "Start ups et Développeurs de Solutions", Journées Nationales de l'Economie Numérique, 3-4 Mars 2016, Palais des Congrès, Yaoundé
RAPPORT Atelier 3 JNEN .pdf
Document Adobe Acrobat 633.1 KB

BONUS !!! Présentation de Candace Nkoth Bisseck, Country Manager de Kaymu Cameroon (aujourd'hui Jumia Market) pour l'Atelier N°3 (encore!) , Start ups et Développeurs de Solutions. Merci Candace ^_^ !

*Je l'ai convertie en PDF pour que tu puisses l'avoir plus facilement

Télécharger
Présentation de Candace Nkoth Bisseck : Développement de l'Economie Numérique par les Usages et les Compétences
JNEN - Usages numériques - Candace NKOTH
Document Adobe Acrobat 637.4 KB

Écrire commentaire

Commentaires : 10
  • #1

    Yves Mak (vendredi, 18 mars 2016 08:37)

    Bel article qui souligne clairement les incohérences dans la stratégie de communication mise en place lors des JNEN, les interrogations encore nombreuses qui sont nées avec cet événement, la cohérence des actions des ministères directement impliqués par le but que vise les JNEN.
    Bref il y'a tellement de travail à faire et c'est une bonne chose je pense. C'est important de savoir ce qui ne va pas avant de prétendre trouver des solutions.
    On ne peut que souhaiter une meilleure structuration des prochains événements autour de cette problématique et une implication grandissante des jeunes acteurs (start-up et autres PME) à l'organisation de ces événements

  • #2

    Paul Emmanuel (vendredi, 18 mars 2016 08:57)

    Merci de ton commentaire Yves. Il est clair que bien des préoccupations sont nées de cet évènement. La suite nous dira si des réponses pourront y être apportées...

    @PEN, stylo numérique

  • #3

    Frederic PAPY (vendredi, 18 mars 2016 09:05)

    Wow!
    Ce fut long, mais mais ce fut un régal. Pour avoir y avoir assisté (merci de l'avoir mentionné, it's an honor ^_^), c'est clair je reste sur ma faim. Et pour ne pas faire tourner mon cerveau en vain, je ne pose plus de questions. Je me contente de faire ce que je pense devoir. Le Cameroun est un pays libéral, ça ne me dérange pas, mais on l'oublie très souvent.
    Et une question que je voudrais te poser: quel est le pan de l'économie qui de qui ne soit pas numérique? Le numérique étant aujourd'hui une pieuvre omniprésente?
    Bref pour moi le numérique est l'angle sous lequel il faut voir toute l'économie, le seul angle par lequel on peut encore y déceler des opportunités.
    Numérisons!

  • #4

    Paul Emmanuel (vendredi, 18 mars 2016 09:49)

    Merci pour ton commentaire Frederic! En effet, il n'y a rien qui puisse être fait aujourd'hui sans le numérique. Bien que je ne pense pas qu'il soit le seul angle sous lequel on puisse déceler des opportunités, j'ai la certitude qu'il est un pole incontournable de concentration d'efforts pour le développement du Cameroun.
    Seulement, les uns et les autres doivent fournir des efforts concertés, pour avoir des résultats probants.

    @PEN, stylo numérique

  • #5

    Sergeobee (vendredi, 18 mars 2016 10:36)

    Très très intéressant!

    Comme évoqué, ton inspiration a été limitée par la pauvreté des contenus proposés et l'amateurisme de l'organisation de ces JNEN.


  • #6

    Paul Emmanuel (vendredi, 18 mars 2016 10:59)

    Merci Serge...J'aurai aimé en faire plus. Dans tous les cas, avec la disponibilité des rapports d'ateliers, chacun pourra se faire son avis sur la question.
    Il est clair que ça aurait pu être mieux organisé. Anyway, restons ouverts pour apporter notre pierre comme toujours. Pensons déjà à la suite!

    @PEN, stylo numérique

  • #7

    Kmerleaks (vendredi, 18 mars 2016 15:58)

    Et si cet insuccès s’expliquait par l’absence de légitimité des promoteurs des JNEN compte tenu des casseroles trainées dans divers projets IT???
    Vous ne seriez pas aussi péremptoire sur Sydonia et des autres « innovations digitales » si un examen objectif de ces systèmes avait été effectué. Je ne vous en tiens pas rigueur car vous ne faisiez que relayer les informations distillées par la cellule de communication de la DGD ou par les journalistes « communicants » tapis dans les feuilles de choux.
    Les « gens qui comptent » dans le digital connaissent très bien les promoteurs….
    Du courage pour la suite....

  • #8

    Paul Emmanuel (vendredi, 18 mars 2016 16:18)

    Merci pour ton commentaire, Kmerleaks; quoi qu'il me pousse un peu dans le questionnement de "who you are". Anyway, là n'est pas le sujet.
    Il faut savoir qu'ici on se tu-toie, donc, pas besoin de formalisme ^_^
    Cependant, la dernière phrase sur ces fameux "gens qui comptent" n'est pas assez explicite pour moi, et encore, je n'ai pas l'impression, de prime abord, qu'elle aide beaucoup ^_^ S'il y a bel et bien des "gens qui comptent" dans le digital, nous attendons tous de savoir et de voir ce qu'ils font pour le bien de tous!

    Merci encore, et à bientôt!

    @PEN, stylo numérique.

  • #9

    Tchassa Kamga (vendredi, 18 mars 2016 21:17)

    A long read indeed. It is amazing you were even able to write this given the lack of content and follow through by the organizers. Personally, this is the first time I am getting an account of the event. I did not even bother the search the twitter feeds as you proposed.

    There were, clearly, so many unanswered questions and very little SMART objectives before and even after the event.

    Here's the thing: the internet has changed everything. There is no way any government, including the Cameroon government can stop that from happening. And like you mentioned, the young startup founders and other SME who are leveraging the digital scene are the ones to lead or at least participated very powerfully in any such events.

    Just like Frederic Papy said: "Je me contente de faire ce que je pense devoir. Le Cameroun est un pays libéral, ça ne me dérange pas, mais on l'oublie très souvent".

    I will do what I must. I cannot let the the "indecisiveness" of the government govern my stake in our economy. After all...we are the government! ^_^

    I love the fact that you clearly state your role as a blogger and not a journalist. Many fail to take into consideration this difference and how complimentary both roles are. Thank you for pointing that out.

    I look forward to reading another piece. Preferably with more answers than questions. ^_^

  • #10

    Paul Emmanuel (samedi, 19 mars 2016 07:58)

    Hello Tchass, and thank you very much for your comment.
    Ce commentaire fait partie de ceux qui permettent de compléter des articles, et donnent même des idées pour d'autres.
    Personne ne peut arrêter les changements apportés par internet, et soit on s'y arrime rapidement, soit on est dépassé et les évènements comme ceux-ci, même s'ils ont la meilleure des volontés dans le fond, finissent souvent par taper à côté.
    Il est clair que chacun de nous doit faire ce qu'il pense être le mieux à son niveau. J'aime particulièrement ta phrase "...we are the government" au lieu de critiquer tout le temps, apportons donc des solutions.
    A très bientôt pour un prochain article... plein de réponses! ^_^

    @PEN, stylo numérique.