Blogging : 4 choses que les moustiques m'ont appris

Merci de partager cet article !

Crédits : dreamstime.com
Crédits : dreamstime.com

La vie en Afrique est quelque chose d'exceptionnel, à tous points de vue, et on a vraiment de quoi se sentir bien quand on vit au Cameroun, qui est appelé l'Afrique en miniature. Si tout lieu de vie a ses avantages et ses inconvénients, la sagesse voudrait que chacun de nous, y compris toi qui me lis, apprenne à tirer avantage des difficultés auxquelles il fait face.

 

C'est bien mon intention dans cet article. Lorsque tu développes, comme moi, l'habitude de travailler de façon nocturne, dans certaines villes de notre beau pays, tu dois composer avec des êtres vivants très particuliers, ceux-là qui ont certainement le plus gros ratio taille-embêtement : les moustiques !

 

Si ceux-ci m'ont bien fait comprendre que je dois toujours être en longues manches et en pantalon malgré les températures parfois hautes, j'ai tout de même pu dénicher, en les observant, des éléments qui pourraient bien aider n'importe quel blogueur, peu importe le pays dans lequel il se trouverait. Tu es prêt ?

Allons-y.


1. Pour obtenir des résultats satisfaisants : il faut parfois travailler pendant que les autres dorment

Les températures africaines sont en majorité tropicales. On a donc très souvent droit à de la chaleur et à de l'humidité. L'hiver, on ne connaît pas ^_^ En journée, peut importe l'heure, il fait parfois très chaud, et le corps humain, même si on est né en Afrique, n'est pas toujours très à l'aise quand il fait très chaud.

 

Si l'activité intellectuelle peut faire chauffer le cerveau, imagine un peu quand il fait déjà chaud. Le moustique l'a bien compris (ne me dis pas que c'est une question de nature s'il te plaît). Le moustique commence généralement à piquer à partir de 18h, quand le soleil retire ses derniers rayons, et la nuit, c'est un champion ! Je te conseille, si ton emploi du temps te le permet (le mien est très flexible) de copier son style. Travaille à des heures où le soleil ne cogne pas très fort, et si tu le peux, travaille plus la nuit que le jour.

 

Pendant la nuit, l'environnement ambiant est calme (à moins que tu n'habites dans une rue pleine de bars), et les températures sont plus basses qu'en journée. Tu peux aussi te coucher très tôt et te lever au milieu de la nuit. Tu as le choix, selon les capacités de ton organisme. Les possibilités de distraction liées à l'environnement sont particulièrement réduites, ce qui est un élément important dans la recherche de la concentration.

 

2. La persévérance est indispensable pour réussir

Ceux qui me côtoient régulièrement savent que je passe beaucoup de temps en culotte et démembré. C'est qu'il fait chaud chez nous. Vraiment chaud. Mais quand vient le soir, rien ne saurait empêcher ces moustiques de se poser sans la moindre délicatesse, et de se servir sans rien me demander. Ce qui m'émerveille à ce moment c'est que malgré le fait que je cours très vite mettre quelque chose de plus long, ceux-ci viennent toujours se poser et chercher des moyens de contournement. N'est-ce pas exceptionnel, ce comportement ?

 

Le comportement se répète même avec les moustiquaires imprégnées. S'il n'arrive pas à entrer, par une filouterie au timing parfait, au même moment que toi sous la moustiquaire, il va trouver un moyen de t'embêter : le bruit ! Ah ! le doux chant des moustiques qui empêchent n'importe qui de dormir ou de se concentrer. Voilà un être minuscule qui n'abandonne pas devant le moindre obstacle.

 

C'est une qualité qui est également indispensable pour le blogging. Dès le départ, comme en chemin, on peut se retrouver face à des obstacles (le manque d'expérience, le manque de connaissance, l'inconnu, etc.) mais rien de ça ne doit être une raison pour laisser tomber. La persévérance est un trait caractéristique des blogueurs ayant réussi dans ce domaine, et un élément tout simplement indispensable de la vie de tous les jours.

3. Les échecs ne doivent en rien entamer ta détermination

Je ne sais pas combien de moustiques j'ai déjà écrasé entre mes mains ou parfois contre un mur (c'est salissant, il faut éviter si ceux-ci ne sont pas carrelés) ou encore avec les raquettes électrifiées (le pied ! ^_^), mais chose étrange : juste après que tu en aies tué un, un autre se ramène, aussi déterminé que le précédent, et le cycle semble continuer ad vitam æternam.

 

En tant que blogueur, tu ne feras pas seulement face aux difficultés ou aux obstacles, mais tu devras également faire face à l'échec. Tu pourras produire des articles qui ne sont pas lus, du tout; faire de gros "flops" avec des projets : lancer un ebook qui ne trouve qu'un seul acheteur, lancer une formation à laquelle personne ne s'inscrit, etc. mais tu devras absolument faire face et continuer à avancer.

 

Il arrive souvent ces grands moments de solitude durant lesquels on a l'impression d'être seul au monde devant sa machine (ou celle de son frère / sa sœur parce qu'on n'en a pas ou qu'on a réussi à abîmer les deux précédentes ^_^) ou sur un concept comme l'inbound marketing qui est totalement inconnu pour beaucoup. Ces instants font partie des moments clé de la vie d'un blogueur car ils déterminent ce qui sortira de "la mort" : un mort-vivant ou un Phœnix.

 

4. La remise en question est indispensable

Tu as déjà vu un moustique qui cherche à piquer une seule personne dans une pièce où il y en a plusieurs ? Le moustique a ceci d'extraordinaire : s'il n'arrive pas à te piquer, il va chercher à piquer ton voisin ! Il va tenter des dizaines de fois chez toi et si ça ne marche pas, il ira à côté pour essayer; si ça ne marche pas à côté, il continuera à chercher, jusqu'à ce qu'il réussisse à piquer une personne (ou à se faire tuer...bah voyons, pourquoi veux-tu que ce soit moi qu'il pique ?).

 

S'il y a des pratiques qui ne marchent tout simplement pas (ou qui n'ont pas l'effet escompté) sur ton blog après un certain temps, essaye de les revoir. La chose est simple : ça ne sert à rien de répéter un comportement qui s'est clairement révélé improductif, et sur la durée, en espérant qu'il finisse par le devenir. Être buté et borné + blogging = catastrophe.

 

Conclusion

Les moustiques sont des insectes  persévérants, qui savent réorienter leur viseur et qui ne se laissent simplement pas abattre par la mort de leurs congénères. De plus, ils travaillent principalement au coucher du soleil et à la tombée de la nuit. Ce sont tous des comportements transposables au blogging, et que chacun à sa manière devrait essayer de copier pour avoir une vie aussi perenne que celle de cette catégorie d'insectes, qui ne semble tout simplement pas être sur le point de disparaître ! ^_^

 

Merci de partager cet article, si tu as été un tout petit peu inspiré ^_^

 Paul Emmanuel NDJENG.

 


Écrire commentaire

Commentaires : 8
  • #1

    ebobise épée Thibault (lundi, 24 octobre 2016 16:37)

    Tu es le meilleur très bon article

  • #2

    Paul Emmanuel NDJENG (lundi, 24 octobre 2016 16:58)

    Merci Thibault.
    Bienvenue dans mon lectorat, et bien des choses à toi.
    Au plaisir de te relire bientôt.

  • #3

    Befoune (lundi, 24 octobre 2016 17:00)

    "Essaie de copier son style". #MORTE !!!

  • #4

    Paul Emmanuel NDJENG (lundi, 24 octobre 2016 17:06)

    Ahaha ! Heureux de t'avoir fait retenir quelque chose par le rire ^_^
    Toujours un plaisir de t'avoir dans mon lectorat.
    A très bientôt. ^_^

  • #5

    Ransom (lundi, 24 octobre 2016 19:20)

    Hello . Thank you for sharing this lessons. I believe bloggers will equally learn from the mosquito too. But i hope you know a mosquito equally bites?
    when that happens it hurts too much.
    What about that?
    Courage to all efforts.

  • #6

    Paul Emmanuel NDJENG (mardi, 25 octobre 2016 06:01)

    Thanks for taking the time to read Ransom ^_^ Well, bloggers, by times, bite too, and their posts may hurt some...and please others. That's just how life is ^_^
    Thanks again, and hope to read from you soon.

  • #7

    Théophile HIOM II (mardi, 25 octobre 2016 09:10)

    Super article, merci. La nuit c'est mieux, c'est vrai. Mes meilleurs billets, c'etait la nuit. Mais quand tu as une journée 7h30 - 20h, pas évident. Mais on fait ce qu'on peut!
    Merci encore pour la lecon, donnée avec toujours bcp d'humour.

  • #8

    Paul Emmanuel NDJENG (mardi, 25 octobre 2016 15:06)

    Merci Théophile ^_^
    Toujours heureux de te lire.
    A très bientôt.