C'est décidé : j'arrête le blogging !

Merci de partager cet article !

Image à la une article Paul Emmanuel NDJENG_J'arrête le blogging_Inbound Marketing_Cameroun

Le couperet est tombé. En effet, j'arrête le blogging. Ceci est mon dernier article. J'en ai tout simplement assez de passer des heures et des heures à faire des recherches, des synthèses, écrire un nombre de mots inimaginable pour les beaux yeux de parfaits inconnus, et comme si ça ne suffisait pas, il faut faire attention à Google qui se donne le droit de décider, lui aussi, de la qualité de mon contenu.

Je suis au Cameroun. J'ai mes réalités. Je fais des calculs énormes pour arriver à rester connecté à internet, ou du moins pour m'y connecter de façon régulière (encore que si j'ai préféré l'écriture c'est parce que les mathématiques et moi ça fait deux), et je dois essuyer les commentaires parfois déplacés d'individus qui vivent leur vie de leur côté, sans trop broncher, parce que ces messieurs et dames se disent mes lecteurs ?

 

Je n'irai donc pas plus loin. On verra qui vous allez encore lire. Le blogging et moi c'est fini !

 


Permets-moi de te présenter Pierre Evrard Nyeck (PEN ^_^). C'est un personnage semi-fictif, qui correspond à une catégorie de blogueurs déçus, découragés, et qui passent par une forme de crise que n'importe quel blogueur est susceptible de rencontrer au moins une fois dans sa vie : un gros ras-le-bol ! En tant que blogueur, tu dois t'y attendre, à un moment où à un autre, et toute personne employant un blogueur devrait savoir que ça pourrait lui arriver à un moment ou à un autre, et savoir être pédagogue à ce moment là.

 

Tu l'as certainement deviné : PEN est un de mes buyer personae.  C'est un blogueur qui en est à sa première année dans le domaine. Après avoir rédigé une trentaine d'articles sur une base régulière, il a eu vu son nombre d'interactions sur articles croître de façon exponentielle, mais on peut dire aujourd'hui que son succès joue contre lui. En effet, il essuie un nombre de critiques négatives sans nulle autre pareille depuis un mois et demi et ses publications récentes reçoivent des commentaires cinglants, sans oublier les messages que certains lui envoient directement.

 

Âgé de 27 ans, il évolue dans une niche qui éveille régulièrement les passions : le football professionnel. S'il a des chiffres en croissance constante et des perspectives intéressantes, il est pourtant sur le point de laisser tomber. Comment (ou du moins essayer d') empêcher un blogueur d'arrêter cette activité ?

 

Comment continuer le blogging alors qu'on veut arrêter ?

Je pourrai dire que le meilleur moyen de continuer c'est continuer, mais ce serait trop simple. Je vais donc partager avec toi quelques éléments qui ont fait que des blogueurs à succès arrivent à garder le cap alors que tous les indicateurs (sachant que le premier indicateur c'est l'individu lui-même) les orientaient vers la sortie. J'essaierai de maintenir ces éléments aussi pratiques que possible, quand bien même il semblerait qu'il soit plus question de pédagogie qu'autre chose, à ce niveau.

 

1. Souviens-toi des raisons qui t'ont poussé à bloguer

Il est évident que si ces raisons sont légères, il sera bien évidemment difficile de s'appuyer sur elles pour se remotiver. Cependant, s'il y a bien une raison pour laquelle certains se retrouvent démotivés, c'est qu'ils changent d'orientation, et placent leurs attentes à des niveaux totalement différents de ceux de départ.

 

Je m'explique :

 

Le jeune blogueur qui souhaitait apporter une aide à ses semblables via ses articles se retrouve à être plus intéressé par les éventuels "avantages" ou "ouvertures" que celui-ci pourrait lui procurer. De cette façon, il perd le focus et entreprend de copier un tel ou un autre, qui semble faire de gros chiffres et, à la limite (nous sommes au Cameroun), vivre de son blog.

 

Les mêmes causes produisent peut-être les mêmes effets, mais j'ajouterai qu'elles les produisent sur les mêmes personnes. C'est-à-dire qu'avec le blogging, il ne s'agit pas uniquement d'appliquer des éléments mathématiquement exacts pour réussir. Il faut également appliquer des éléments empathiques, personnels, que le commun des mortels ne possède pas à proportions égales.

 

Ton blog doit partir d'un constat pour être utile. Il doit tirer ses origines de la recherche d'une solution à un problème, si tu veux que les gens le lisent. A défaut, il ne restera rien de plus qu'un journal intime 2.0. Si tu te positionnes convenablement dès le départ, alors tu pourras revenir à tes bases en cas de ras-le-bol, car elles auront des fondements solides.

 

2. Relis les articles qui ont eu les meilleurs résultats pour toi

En repartant à la base, tu reviendras aux objectifs premiers que tu t'étais fixés. Sur cette base, reviens vers les articles qui ont bien marché, les articles que tu as particulièrement aimé écrire, ceux qui t'ont le plus procuré un fort sentiment d'émulation, et la satisfaction du travail bien fait, et relis-toi. Il peut s'agir de n'importe quel type d'article. Peut-être celui-là qui a eu le plus d'impressions positives sur les réseaux sociaux, le premier que tu as réussi à écrire d'une traite, ou encore celui qui attiré ce lecteur / cette lectrice spéciale qui te fait toujours des retours francs et pointus depuis qu'elle / il l'a lu.

 

Mets-toi un peu à la place de ceux-là qui te lisent continuellement sans déposer un seul commentaire, mais qui sont d'une fidélité sans pareille. Pourquoi reviennent-ils alors qu'ils ne déposent pas le moindre commentaire ? Parce que les textes que tu produis apportent des réponses à leurs questions, des solutions à leurs problèmes.

 

Relis-toi et apprécie-toi à ta juste valeur, sans considération aucune pour les critiques viscérales infondées qui t'ont mis dans un état de quasi dépression. Le petit sourire en coin qui paraît subitement quand tu arrives à cette tournure si spéciale de ton article est un signe que tu aimes ce que tu fais, et surtout, que tu trouves que tu le fais bien.

 

3. Fais le tour des messages, commentaires, mentions, partages sociaux les plus encourageants

Les "praise reports" comme on les appelle en anglais, ont leur raison d'être. Ce sont des sources de motivation quasiment inépuisables. Il n'y a aucun orgueil (mis à part pour ceux qui tiennent à avoir les épaules plus hautes que le crâne) à relire les appréciations sincères de lecteurs, d'individus ayant participé à une de tes formations, ou ayant assisté à un évènement avec toi et appréciant particulièrement ton travail et ta personnalité (car faut-il le rappeler, le blogging est très lié à la personnalité de ceux qui publient du contenu, tant est-il que celle-ci peut grandement influencer le style de l'auteur).

 

Qu'il s'agisse de commentaires au bas d'un article, d'un partage social, d'un message trouvé dans ta boîte e-mail un matin et qui t'a ému au plus haut point ce jour là, ou même d'un sms d'encouragement, n'hésite pas à revenir dessus. Je t'arrête tout de suite : ce ne sont pas "des trucs de filles". Ce sont des moyens forts d'auto motivation.

 

Lorsqu'ils sont faits de façon publique, tu peux même les utiliser comme des outils marketing pour vanter la qualité de ton travail d'une façon qui sera difficilement qualifiée d'orgueilleuse (juste en passant ^_^).

 

4. Discute avec des lecteurs aguerris et acquis, ainsi qu'avec des blogeurs plus expérimentés

Y a-t-il, dans ton entourage, des personnes qui bloguent depuis un peu plus longtemps que toi, et que tu estimes pour la qualité de leur travail ? Alors ils pourraient t'être d'une très grande aide.

 

N'hésite pas à aller vers eux pour leur parler de ton "problème". Cet acte pourrait être considéré comme un acte d'humilité, et de respect, et te faire reconnaître comme quelqu'un à la personnalité agréable, ou du moins, accessible. D'un autre côté, les gens aiment se sentir flattés (en passant), sentir qu'on les respecte pour ce qu'ils font, encore, s'agissant d'un métier comme le blogging (ou même l'Inbound Marketing), qui n'ont pas encore de véritable considération au Cameroun.

 

N'oublie pas ce lecteur fidèle de 45 ans, père de famille qui a toujours été actif (même moyennement), sur tes articles. Il pourrait te donner un conseil sage, au delà des éléments techniques ou "connectés de l'heure". N'oublie jamais ceci : nous sommes au Cameroun. Mais bon, ça marcherait aussi bien dans n'importe quel pays d'Afrique ou d'ailleurs. L'encouragement d'un ancien vaut vraiment son pesant d'or.

 

5. Arrête

Du moins, pendant un temps. Il est parfois important de faire un break, pour se ressourcer et revenir plus fort. Sors un peu. Assiste à des soirées musicales (en fait, viens me voir sur scène avec mon groupe de Gospel ^_^) qui ne vont pas trop t'épuiser; mange de nouvelles choses, fais un peu le tour des quartiers voisins à pied, ou alors prends un ticket de train jusqu'à la prochaine ville. Tu peux aussi aller rendre visite à tes grands parents.

 

Dans tous le cas, impose-toi un break franc, qui va bousculer tes habitudes (et ton horloge biologique de geek)... et pense à te remettre au sport aussi, en passant.

 

Conclusion

Tu as évidemment compris qu'il ne s'agissait pas de moi (Je ne vais pas arrêter de suite, même si je peux parfois t'énerver), mais de l'un de mes personae. Je viens de me livrer à un exercice pratique qui m'a permis de produire un article en me basant sur un personae, un blogueur qui veut jeter l'éponge suite à une série de critiques cinglantes et régulières depuis une période relativement courte.

 

Via ses propos, il faut arriver à déterminer à quel niveau il se situe dans le voyage de l'acheteur, afin d'apporter le contenu adéquat pour la situation (un exercice que je te laisse faire. A quel niveau du voyage de l'acheteur se trouve mon personae ? Je te lirai avec le plus grand intérêt dans les commentaires).

 

Comment faire pour continuer à bloguer alors qu'on veut arrêter ?

Il faut arrêter (prendre un break), se souvenir des raisons qui t'ont poussé à te lancer dans le blogging, revenir sur les articles jugés fructueux, revenir sur les échanges sociaux les plus encourageants, et discuter avec des personnes aguerries.

 

J'ai hâte de lire les avis et les réponses plus bas. Merci de partager l'article également.

 

A tout à l'heure.

Paul Emmanuel NDJENG (PEN), le stylo numérique

 


Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Théophile Hiom II (vendredi, 26 août 2016 10:22)

    Article vraiment très intéressant, à tout point de vue. Merci.

  • #2

    Paul Emmanuel NDJENG (vendredi, 26 août 2016 19:38)

    Merci Théophile. Bien des choses à toi et au plaisir de te lire bientôt.

    Paul Emmanuel NDJENG, le stylo numérique